Je n'aime pas beaucoup le temps, je ne porte pas de montre et, en général et avec l'âge, j'ai l'impression que ça passe de plus en plus vite, le réveillon vient plus tôt.

C'est peut-être pourquoi j'ai toujours eu un intérêt particulier pour la productivité personnelle. Le temps presse et il faut en profiter, mais la réalité est que moi, comme beaucoup de ceux qui essaient de bien gérer ce temps, était complètement faux.

Pourquoi? Parce que, comme beaucoup, j'ai abordé la productivité personnelle d'un mauvais point de vue. Le temps ne peut pas être géré, le temps est ce qu'il est, limité. Et quoi que vous fassiez, vous n'aurez pas plus de 24 heures par jour. En réalité, le temps n'a pas d'importance en productivité, il ne sert à rien de trop se concentrer dessus.

Et il ne l'a pas parce que vous devez comprendre cette productivité et que nous ne faisons pas ce que nous avons à faire Ce n'est pas un problème de temps la plupart du temps, mais d'énergie.

Qu'est-ce que je veux dire? Eh bien, le temps n'est pas le problème pour faire les choses dans la plupart des cas. Regardons les choses en face, sauf pour de très rares cas de projets qui dérapent (et dont la date est dangereusement proche) le temps n'est pas le vrai problème.

"J'aimerais faire X, mais je n'ai pas le temps", c'est la phrase la plus répétée et la plus fausse de l'histoire. N'avons-nous vraiment pas 30 minutes pour faire du sport ou une heure pour étudier? Combien dépensons-nous sur Facebook, Twitter et autres? Combien de télévision ou Youtube regardons-nous? Combien de temps perdons-nous en absurdités?

Beaucoup. Le temps n'est pas le problème.

Parfois, nous pensons: "Si j'avais une semaine de congé, je la dépenserais entièrement pour ce que je veux enfin." Ecrire ce roman ou commencer par le projet personnel en service. Mais la réalité est la suivante, si j'avais une semaine de congé pour faire ça, et que je me lève et que je commence à écrire (par exemple), à ​​deux heures (avec un peu de chance et si je n'ai pas été distrait) je serais «vide».

J'aurais encore neuf ou dix bonnes heures à faire, mais je ne sortirais rien, car peu importe si je passe une journée entière, une semaine entière, ou que je me retire dans une grotte pour un mois. Je serais épuisée après ces heures, j'aurais besoin de me ressourcer, les idées ne couleraient plus, mon corps et mon esprit me diraient de faire tout ce qu'il faut, mais de changer nos activités.

Presque jamais une question de temps, la productivité est une question d'énergie.

La volonté est une ressource limitée, elle a été prouvée maintes et maintes fois. Si vous le passez à travailler, par exemple, vous n'avez plus le moment de vous consacrer à ce que vous aimez. Si vous le passez à parcourir des absurdités sur Internet ou dans ce débat stérile sur Twitter (stérile est une épithète qui fait l'objet de nombreux débats en matière de réseaux sociaux), Vous n'aurez plus d'énergie pour bien faire ce que vous voulez faire.

Donc le temps, qui est également limité et que nous ne pouvons pas influencer, n'a pas vraiment d'importance. La productivité est une question de savoir gérer notre énergie. De ne pas le dépenser pour des activités de faible valeur et de savoir le recharger correctement pour que le moment soit venu.

Je n'ai pas de volonté prodigieuse. J'ai donc besoin de construire une routine et de m'y tenir. Les premières heures dès que je me lève ne sont pas pour les courriels, les réseaux sociaux ou les activités de mon agenda qui sont agréables ou plus faciles. Ils sont pour l'important, car c'est le moment où nous avons plus d'énergie.

Et c'est pour ça que j'élimine les distractions (véritables puits d'énergie) et que je n'essaye pas de penser, je sais ce que j'ai à faire et je commence et c'est tout.

De plus, depuis un moment, rien n'a amélioré ma productivité plus que gérer mes pauses. Autrement dit, pour me recharger correctement en énergie. J'utilise donc mon temps libre dans des activités de qualité qui me rechargent, au lieu de me vider. Des projets personnels qui me passionnent, une petite sieste après avoir mangé, lu et appris. Dès que je participe aux réseaux sociaux, je ne passe même pas 10 minutes par jour, et je vous garantis que c'est super et que je ne manque de rien.

J'essaie de fermer tous ces trous dans la coque de mon navire où va l'énergie précieuse, car nous en avons une quantité limitée chaque jour et je veux l'utiliser dans des choses qui en valent la peine.

Et si je vois que ça ne va pas bien ce jour-là (ça arrive parfois et ça arrive à tout le monde), alors J'utilise la gestion de mes pauses. Je me déconnecte, je marche ou je lis pendant un moment jusqu'à ce que je me recharge. Contrairement au temps, avec l'énergie, nous avons une marge de manœuvre.

Et il n'est pas nécessaire de tomber dans l'erreur dans laquelle je suis tombé. La gestion du temps est un mythe, le temps est ce qu'il est. Tout dans la productivité est une question de gestion de l'énergie. En devenir expert, c'est devenir expert en productivité.